Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog de développement personnel

Psaume de David 143

Publié par Parti de Zéro  - Catégories :  #Psaumes

Psaume de David 143

Psaume 143

Contre les maléfices d'amour

 

Brièveté de la vie, petitesse de l'homme qui n'est grand que quand s'il est bon.

Apaisement des orages, des inondations, des guerres, de toutes les calamités publiques.

Culture intellectuelle de la jeunesse. Excès du luxe et de la toilette féminine.

Abondance des biens. Fécondité des brebis, des vaches. Beauté des habitations.

Paix de la cité.

I.e Prophète remercie Dieu de la paix donnée à son peuple et lui demande de continuer sa protection contre ses merveilleux ennemis.

 

1. Béni le Seigneur mon Dieu, qui instruit mes mains au combat, et mes doigts à la guerre !

2. Il est ma miséricorde, mon refuge ; mon soutien et mon libérateur ;

3. Mon protecteur ; aussi est-ce en lui-même que j'ai espéré : c'est lui qui m'assujettit mon peuple.

4. Seigneur, qu'est-ce que l'homme, pour que vous vous soyez fait connaître à lui ? ou le fils de I'homme, pour que vous en teniez compte ?

5. L'homme ressemble à la vanité ; ses jours comme une ombre passent.

6. Seigneur, inclinez vos cieux et descendez ; touchez les montagnes, et elles fumeront.

7. Faites briller vos éclairs, et vous les dissiperez ; lancez vos flèches et vous les jetterez dans le trouble.

8. Envoyez votre main d'en haut ; délivrez-moi, sauvez-moi des grandes eaux, de la main des fils de l'étranger,

9. Dont la bouche a parlé vanité, et dont la droite est une droite d'iniquité.

10. Ô Dieu, je vous chanterai un cantique nouveau : je jouerai du psaltérion à dix cordes pour vous.

11. Ô vous, qui procurez le salut des rois, qui avez racheté David, votre serviteur, d'un glaive meurtrier, délivrez-moi.

12. Et arrachez-moi à la main des fils de l'étranger, dont la bouche a parlé vanité, et dont la droite est une droite d'iniquité :

13. Dont les fils sont comme de nouvelles plantes dans leur jeunesse.

14. Leurs filles sont parées, entièrement ornées, ressemblant ainsi à un temple.

15. Leurs greniers sont pleins, débordant de l'un dans l'autre. Leurs brebis fécondes sont en grande quantité, à leur sortie des étables.

16. Leurs vaches sont grasses. Il n'y a pas de brèche à son mur de clôture, ni d'entrées, ni de clameur dans leurs rues.

17. On a dit bien heureux le peuple à qui sont ces avantages ; mais plutôt bien heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu.