Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Blog ou sont rassemblés des prières, évangiles, angéologie traditionnelle. Pratique des soins énergétique et des soins pour la guérison des malades. Apprenez de jour en jour à maîtriser les éléments pour vous rendre la vie plus belle. Namasté.

24 Jul

Saints du 24 Juillet

Publié par Parti de Zéro  - Catégories :  #Saints

Saints du 24 Juillet

24 Juillet

Nous commémorons la mémoire de :

-Sainte Christine de Tyr, Vierge et Martyre. Morte entre 194 et 211

-Sainte Christine de Rome, Martyre légendaire. Morte vers 300

-sainte christine l'admirable, Mystique flamande. Morte en 1244

-Saint Charbel Makhlouf

Saints du 24 Juillet

Sainte Christine de Tyr

Son père, un riche magistrat romain possédait des statues en or d'idoles païennes. Hors, Christine convertit au christianisme, les brisa et les distribua aux pauvres.

Son père, très en colère, la fit fouetter et emprisonner. Face à son refus de renoncer au Christ, le père écartela Christine avec des crochets en fer et finit par la jeter au feu. Voyant qu'elle avait survécu à ce traitement, il fut si frappé qu'il en mourra dans des souffrances atroces.

Mais cela ne mis pas fin aux chemin de croix de Christine qu fut jugée par un second magistrat qui lui demanda une grande sagesse en rappel de ses origines aristocratiques.

A cela, elle aurait répondu " Le Christ, que tu méprises, me délivrera de tes mains "

Cela énerva le magistrat qui l'enferma pendant 5 jours dans un four, en vain. Le juge l'enferma donc en compagnie de serpents venimeux qui l'ignorèrent et tuèrent le gardien. Christine ramena le gardien à la vie qu'elle convertit au christianisme, mais sa seule récompense fut d'avoir la langue coupée.

Elle succomba finalement à la mort après avoir été transpercée de flèches.

Saints du 24 Juillet

Saint Charbel Makhlouf

Connu comme " le Padre Pio du Liban",  Charbel Makhlouf est un moine maronite qui en 1875 obtient la permission de vivre en ermite, donc proche de Dieu, dans le silence et la prière.

Après sa mort, de nombreux prodiges surtout des guérisons miraculeuses lui sont attribuées, il est canonisé par Paul VI.

" Chaque homme est une flamme créée par notre Seigneur pour illuminer le monde. Chaque homme est une lampe , que Dieu a faite pour briller et donner de la lumière.

Youssef Antoun est fils de paysan et vit avec ses quatre frères dans un village du Liban. Son enfance se termine vite ; à trois ans meurt son père, mais sa mère se remarie avec un homme pieux qui, à la fin, selon la coutume orientale , devient prêtre . Pour Youssef, c’est une joie de l’écouter comme c’est une joie aussi de parler des deux oncles ermites dans la Vallée des Saints. Pour lui ce sont des super héros et il voudrait suivre leur exemple, mais il ne le peut pas ; car il doit aider la famille, lui dit-on; et ainsi, à dix ans il commence à faire le berger, mais il passe tout son temps libre à prier, jusqu’à cette «NUIT-là», dans une grotte, aujourd’hui terme de pèlerinages, et appelée «la grotte du saint» .

«Viens et suis moi»

Ce n’est pas la première fois que le Seigneur l’appelait à lui, seulement il ne voulait pas désobéir à la volonté de la famille. Mais une nuit, la voix du Seigneur est particulièrement limpide et insistante …il n’en peut plus: il se lève, avant qu’il ne fasse jour, et sans saluer personne, il est déjà en voyage vers le monastère de Notre Dame de Mayfouq. Nous sommes en 1851 et, lui, a vingt-trois ans. En peu de mois il devient moine dans l’Ordre libanais maronite et change son nom en celui de Charbel qui, signifie en syriaque «le récit de Dieu». Il est affecté plus d’une fois; mais il étudie assidûment la théologie et s’occupe de pauvres et malades, par obéissance accomplit les missions qu’on lui confies au fur et à mesure, y compris le travail dans les champs. Mais les activités qu’il préfère ce sont la prière et la contemplation.

De la grotte de l’enfance à l’ermitage de la vieillesse

En 1875 Frère Charbel se sent prêt à vivre selon la Règle des ermites de l’Ordre maronite, qui prévoit la répartition des moines en petites communautés de trois personnes au maximum. Pour lui, c’est comme une deuxième naissance , car il peut travailler, prier, observer la pénitence, le jeûne et le silence. Des témoignages parlent d’un moine zélé, souvent surpris à prier avec les bras étendus, dans une cellule très pauvre , qu’il quitte seulement pour célébrer la Messe et quand on lui donne expressément un ordre. Jusqu’à « ce Jour-là », à Noël, lorsqu’au cours de la Messe, Charbel se sent justement mal, au moment de l’élévation. Après une agonie de huit jours au cours desquels  les autres moines l’entendent prier et il continue à observer la Règle, en refusant, par exemple, de la nourriture plus consistante; il s’éteint en 1898.

Sa mort : une semence qui porte beaucoup de fruit

Mais la mort, comme nous savons, n’est pas la fin . Quelque mois après, on commence à constater des prodiges. De nombreux moines jurent de voir la nuit la tombe de Charbel , illuminée par des lumières non naturelles; c’est ainsi qu’un jour on ouvre la tombe et on retrouve intact son corps, avec la température corporelle d’un homme en vie. Et ceci arrivera deux autres fois; lorsqu’on ouvrira de nouveau la tombe on constatera que le corps suinte un mélange de sang et d'eau. Durant la dernière reconnaissance, en 1950, on constate que son visage reste imprimé sur un tissu et on assiste à de nombreuses guérison instantanées parmi les personnes présentes. Aussitôt se répand la renommée de sainteté de ce petit moine silencieux qui commence à être invoqué et, par son intercession, des guérisons miraculeuses se multiplient. L’Eglise n’a plus de doutes ; et c’est Paul VI qui le béatifie et ensuite le canonise. Il évoque sa figure en ces terme: «Il peut nous faire comprendre, dans un monde fasciné par le confort et la richesse, la grande valeur de la pauvreté, de la pénitence et de l’ascétisme, pour libérer l’âme dans son ascension vers Dieu». Après sa béatification, le corps du Frère Charbel n’a plus suinté de liquide.

« Un saint c’est avant tout un vivant. Il est présent à la vie du monde, à l’écoute des appels des hommes au milieu desquels il vit.

Ne confondons pas d’ailleurs la sainteté avec l’image que les hommes s’en sont faite au cours des âges ; cette image est l’écorce changeante qui attire l’attention : on admire les miracles, les extases, les mortifications des saints.

La sainteté profonde, elle ne change pas ; elle est le fruit de l’amour que l’esprit verse au cœur des croyants et qui fait d’eux des fils de Dieu, pleins d’espérance en leur Père, le Dieu vivant. »

Commenter cet article

À propos

Blog ou sont rassemblés des prières, évangiles, angéologie traditionnelle. Pratique des soins énergétique et des soins pour la guérison des malades. Apprenez de jour en jour à maîtriser les éléments pour vous rendre la vie plus belle. Namasté.